La peinture sur vase & les différents vases

Richesse et statut social

Deux artisans participaient à la création d’un vase: le potier et le peintre. Le travail était effectué à la main et les plus beaux vases étaient très coûteux. Les acheteurs appartenaient aux classes les plus fortunées, les peintures montraient généralement des scènes qui pouvaient leur plaire. C’est ainsi que les vases géométriques représentaient parfois de grandioses funérailles, qui s’accompagnaient de grandes processions: c’était là pour les notables une façon de faire étalage de leur pouvoir et de leur richesse.

Le tournage

L’argile, entreposée dans des fosses, est purifiée avec de l’eau courante, jusqu’à ce qu’elle atteigne le degré de finesse désiré.
Le potier en prélève une motte et la malaxe afin d’en éliminer les bulles d’air, puis il la pose sur le tour. Tandis que le plateau est actionné par un assistant, le potier monte avec ses mains les parois du vase.
Les anses et les pieds sont ensuite modelés à part et ramenés;puis le vase est mis à sécher avant d’être décoré par le peintre.

Le travail du peintre

Pour poser le décor, le peintre dispose d’un temps limité, car un séchage trop long pourrait entraîner des craquelures dans l’argile ; Après avoir tracé, à l’aide d’un charbon de bois, une esquisse, il dessine les figures avec une crème brune, faite d’argile délayée, très finement décantée, les ornements végétaux ou le remplissage du fond noir étant parfois laissé à la main d’un assistant.
Après un nouveau temps de séchage, le vase est rendu au potier pour la cuisson, une opération délicate en trois phases, modulées par l’ouverture des évents et par les températures de cuisson, qui donneront à la peinture noire son aspect brillant.

L'évolution des styles

Aux VIIe et VIe siècles avant JC, les artistes de Corinthe peignaient des figures plus élaborées, qui souvent représentaient des animaux et portaient la marque d’une influence orientale ou africaine. Les lions et les sphinx rappelaient notamment à certains Corinthiens qu’ils s’étaient enrichis grâce au commerce avec l’Égypte.
Les styles de peinture sur vase diffèrent selon les régions et les époques. Après la chute de Mycènes, les motifs qui parfois reprenaient les lignes ondoyantes appréciées par les Mycéniens demeurèrent pendant longtemps fort simples. Puis, peu avant 1000 avt JC, le style géométrique fit son apparition, qui utilisait des motifs beaucoup plus complexes rappelant toutefois le style mycénien (représentations encore stylisées d’hommes et de femmes aux larges épaules et à la taille fine).

Figure noire et figure rouge

La technique de la peinture sur terre cuite se développa à Corinthe, autour de 700 avt JC, dans le but de décorer des vases d’assez petite dimension, avec des frises de figures animales ou stylisées. Avant la cuisson du vase, on peignait en noir les silhouettes des personnages et on gravait ensuite les détails faisant ainsi ressortir sur le noir la couleur claire de la terre cuite. On pouvait aussi ajouter des touches de blanc et de pourpre.


Les styles de peinture sur vase les plus célèbres sont originaires d’Athènes: la “figure noire” sur fond rouge appartient surtout au VIe siècle, et la “figure rouge” sur fond noir au Ve. Ces deux couleurs étaient obtenues à partir de la même argile, qui subissait des traitements différents dans le four du potier. Les pigments colorés étaient rares et les vases ne se prêtant guère à la représentation de grandes scènes, il n’était pas possible de travailler les détails. Les artistes sélectionnaient soigneusement les symboles qui aidaient à comprendre les images.


Le fond rouge de la terre cuite était utilisé pour les personnages et les décorations, après que la silhouette eut été délimitée avec une pointe aiguisée afin de guider la main de l’artiste. Les contours étaient ensuite repassés en noir, les détails des traits peints au pinceau, toujours en noir, le fond étant d’un noir brillant. Plus tard, on utilisera une peinture plus épaisse pour donner un relief au contour.


Dans les deux techniques, le style est entièrement linéaire: ils n’utilisaient ni contours modelés, ni ombres. Malgré cela, ils ont atteint des merveilles de clarté et d’élégance.
Les peintures étaient fréquemment adaptées à l’usage du vase. Par exemple, les coupes à vin sont souvent ornées de scènes de lutte, car la boisson provoquait chez les hommes des phantasmes de violence; elles peuvent également représenter des danseuses qui se produisaient lors de ces mêmes festins.

Retour au début de la page


Les Vases grecs

Présentation des vases les plus connus


Vases pour la conservation des liquides et des solides


Amphore


Péliké


Stamnos

   

Vases pour verser


Oenochoe


Oenochoe


Olpé

   

Vases pour mélanger l'eau et le vin


Cratère


Dinos

     

Vases pour boire


Kylix


Cathare


Rhyton


Skyphos

Cyphos

Plemokhoê

Vases pour la toilette: huiles parfumées et onguents


Aryballe


Alabastre


Lébès


Lécythe


Lécythe


Lékanis


double Pyxis


Lébès Gamikos

   

Autres


Kylix


Pithoi


Hydre


Lutrophoros


Psykter


Phiale


Un artiste à l'oeuvre

Lagyne

Lagyne : Sorte de carafe.
Plemokhoê : Boîte oblongue à pied et pourvue d'un couvercle.

Retour au début de la page

 

La maison grecque | Alimentation | La médecine grecque | L'éducation | Les vases & leurs fonctions | La femme | Démocratie | Schéma: organisation de la cité | La monnaie | Le commerce & les colonies | Le théâtre | Les Jeux Olympiques | Socrate | Alexandre le Grand | Lysias | Les dieux grecs | Delphes | Les temples | Les troupes | La guerre de Troie | La Crète | Sparte | Mycènes | L'Acropole | Chypre | Art | Hypatia | Alexandrie | Le Christianisme | Glossaire | Chronologie | Liens | Accueil

Vous êtes le visiteur depuis le jeudi 10 février 2005

© 2005 - Tous droits réservés
Si vous souhaitez reproduire partiellement ce site, merci de mentionner ce site en source :)