Le théâtre grec



Les Grecs furent les premiers à découvrir le pouvoir de la parole, l’art oratoire... Le théâtre trouve ses origines dans la représentation religieuse mimétique de l’histoire des dieux et de leurs mythes, et est intimement lié à Dionysos.


Le char de Thespis

D'après certaines légendes, Thespis aurait parcouru les campagnes avec sa troupe sur son char rustique qui lui servait également de scène... Ce qui est en revanche véridique, c'est que les premiers théâtres grecs ont été des aires de battage pour le blé, où s'animaient les remerciements des paysans à Dionysos.



début de page


Les Dionysies

Il y a trois fêtes par an:

Les grandes Dionysies, au mois de l’Élaphébolion (mars/avril)
Les Dionysies rurales, au mois de Poséidon (décembre/janvier)
Les Lénéennes, au mois de Gamélion(janvier/février)

Durant cinq jours des auteurs dramatiques (les étrangers, grecs non Athéniens, étaient admis) s’affrontaient en présentant en une journée trois tragédies et un drame satirique ; les oeuvres étant préalablement choisies par l’archonte. L'archonte choisissait l'acteur principal (protagoniste), le second rôle (deutéragoniste), le troisième rôle (tritagoniste)... Puis avait lieu un tirage au sort pour désigner l'ordre dans lequel les poètes choisissait leur troupe. Ceci fait on assistait à une cérémonie (proâgon) de présentation générale du spectacle dans l'Odéon. Toute la cité participait à cet évènement... De plus cela avait lieu le jour où le tribut devait être payé!

1er jour Procession dionysiaque
2e jour Concours lyriques des dithyrambes
3e jour Comédies (au départ 3 poètes... puis 5)
4e, 5e et 6e jours Tragédies (un jour par poète) - tétralogie, donc trois tragédies et un drame satirique!!!

Présidées par le prêtre de Dionysos, elles débutaient par une grande procession, où de jeunes hommes déguisés en satyres traversaient la ville en transportant l’image du dieu assis sur un char ressemblant à un bateau ; puis avaient lieu les sacrifices d’animaux. Enfin la fête pouvait commencer...

Les bacchants et bacchantes, officiants de Dionysos, lui dédiaient un hymne sacré, le dithyrambe, ayant dessiné un cercle autour de son autel et en dansant. Parfois l’un d’entre eux se détachait et montait sur une estrade afin d’improviser une monodie... c’était les premiers protagonistes!

En 550, Thespis écrivit ces monodies, créant ainsi l’art dramatique.

Les chorèges (choregoi), les producteurs, avaient à leurs frais toute l’organisation, ainsi que les rafraîchissements!
On peut penser qu'il y avait une ambiance de kermesse... (Platon nomme d'ailleurs le public des représentations dramatiques la "théâtrocratie")

Durant la guerre du Péloponnèse, la durée de la fête fut réduite à quatre jours.

début de page


Un rôle pédagogique

Le théâtre est certes un divertissement, un événement de la vie sociale, mais il ne faut pas omettre son caractère instructif. Ainsi le théâtre est une mise en scène de l'Etat démocratique, il vise notamment à inculquer des valeurs morales aux citoyens, à se pencher sur des problèmes de la vie en communauté par le biais de la mythologie le plus souvent. C'est un véhicule populaire d'idées politiques et religieuses.

début de page


Les costumes

Les acteurs portaient une tunique (chiton), courte pour la comédie, longue pour la tragédie. Ils avaient également un manteau (himation) et des chaussures de 25 cm (cothurnes).

Pour la comédie, ils étaient parés de collants rembourrés...

Vase (costume typique de la comédie)

début de page


Les masques

Symbolisant la possession surnaturelle, étant un porte-voix, le masque était moulé sur le visage de l’acteur. De couleurs distinctes ils permettaient de facilement reconnaître les différents personnages (les satyres en rouge, les femmes en blanc...).

Ils auraient pour origine le masque mycénien, moulé, à l’époque, sur le visage des cadavres...



début de page


La représentation

Le poète avait un rôle de metteur en scène, cependant il pouvait reléguer sa tâche, longue et difficile, à un maître de choeur (chrodidascale); en effet le choeur chante, danse.... Le coryphée dirige le coeur, qui est limité à quinze choreutes et subdivisé en deux demi choeurs.

Les personnages de femmes cachaient des acteurs hommes!

Le chœur était anciennement très présent, mais son rôle s’est progressivement atténué. Thespis, tout d’abord, apporta une importance toujours plus grande aux acteurs par rapport au chœur ; au VIe siècle avant JC il institua le dialogue entre le choeur et l’acteur.

Eschyle introduisit un second acteur, permettant ainsi le dialogue. Sophocle, lui, ajouta un troisième acteur... Les trois acteurs sont donc dans l'ordre: le protagoniste, le deutéragoniste et le tritagoniste.

deux acteurs

Représentation des Euménides

début de page


Structure formelle d'une tragédie

On distingue le prologue (eisodos) qui prend lieu avant l'entrée sur scène du choeur. Il s'agit de deux ou trois scènes parlées, qui ont pour but d'expliquer l'histoire, de plonger dans l'ambiance. S'ensuit donc le parodos, c'est-à-dire l'entrée du choeur, chantée et dansée. Puis c'est une alternance d'épisodes parlés et de passages du choeur chantés. La tragédie se termine par l'exodos, sortie du choeur qui est chantée.

début de page


jetons

Le prix

L’entrée coûtait deux oboles, soit le salaire d’une journée pour un pauvre. Les entrées des citoyens pauvres sont payés par l'État, sur le fond des spectacles (le théoricon).

Ayant payé, le spectateur recevait un jeton (symbolon) sur lequel la place était inscrite.

début de page


Les récompenses

Les trois prix revenaient aux chorèges, aux poètes et aux acteurs. Ces deux dernières catégories recevaient une somme d’argent en plus de la couronne de lierre.

Au départ c’est le public qui les choisit, mais par la suite ce fut la boulê et les chorèges! Il y avait dix juges.

Le surlendemain le peuple manifestait son opinion par un éloge ou un blâme.

début de page


Le théâtre grec

En demi-cercle, il s’adossait à la pente d’une colline, où se formait un auditorium naturel. Il se composait de trois parties:

L’enceinte (koîlon), gradins où se situaient les spectateurs. Celle-ci occupait plus de la moitié d’un cercle, et était fermée par un mur extérieur (analemma).
L’orkhêstra (partie la plus ancienne), espace circulaire (diamètre d’environ 20m) au centre duquel se trouve l’autel de Dionysos (thymelê) où évolue le chœur
La scène (skênê), plate-forme élevée de un à deux mètres soutenue, du côté des spectateurs, par un mur supportant les décors, et sur lequel évoluent les acteurs (proskénion).

Les premières représentations ont eu lieu à l’Agora, puis, à partir du Ve siècle, au Nord du temple de Dionysos.

Les théâtres de pierre apparaissent en 400 avant JC, avant ils étaient en bois.

Pour les décors, il y avait une grue qui servait à déposer les dieux sur scène (deus ex machina) ainsi qu’une plate-forme sur roues permettant de montrer ce qui se passait à l’intérieur d’un bâtiment (l'eccyclema)...

théâtre de Dionysos

plan simplifié d'un théâtre grec

Au premier rang on trouvait les prêtres et les magistrats, ainsi que des Athéniens et des étrangers ayant préséance (proédrie). Dans un secteur réservé dans les travées, il y avait les bouleutes, éphèbes et métèques. Les femmes se trouvaient sur les gradins les plus élevés.

début de page


l’Odéon

Ce grand bâtiment (62,4 mètres sur 68,6), dont le toit en bois est soutenu par 90 colonnes, fut construit par Périclès pour abriter les Jeux des Panathénées, à l’est du théâtre.

début de page


La tragédie

La tragédie, ou le “chant du bouc”, met en scène le héros à l’instant le plus tragique de sa destinée.

C’est principalement le chœur qui s’exprime (environ 50 personnes). Le public entoure les choreutes qui interprètent le dithyrambe (cantiques en l’honneur de Dionysos) parés des attributs du satyre (peaux de bouc) pou évoquer l’homme dionysiaque.

L’épopée

Elle trouve son origine des rhapsodes qui, aux VIe et Ve siècles, chantaient des passages saillants de l’Iliade et de l’Odyssée.

La comédie

La comédie, ou “chant du cosmos” (cortège de Dionysos), fait prendre conscience au spectateur des problèmes majeurs de l’existence par le rire, contrairement à la tragédie qui le fait par la peur.

début de page


Les auteurs les plus célèbres (poètes tragiques & comiques)

Le théâtre emplit exactement le cinquième siècle, avec trois noms principaux. Chacun est lié à une période historique distincte, à un état d'esprit qui lui correspond. Ainsi Eschyle appartient à la glorieuse génération de Marathon, il vécut la bataille de Salamine, puis la fin des guerres médiques; mais aussi le passage d'Athènes à  la démocratie. Sophocle, lui, connut l'apogée d'Athènes, l'enthousiasme des travaux de l'Acropole, le Parthénon.. Euripide subit la guerre du Péloponnèse (Athènes contre Sparte), et reflète les souffrances de cette période.

La tragédie

ESCHYLE (525-456) Les Perses, L’Orestie, Les sept contre Thèbes
SOPHOCLE (495-406) Antigone, Ajax,Oeudipe
EURIPIDE (480-406) Andromaque, Médée, Iphigénie en Tauride


La comédie

ARISTOPHANE(445-386) Les Grenouilles, Les Nuées, les Oiseaux


début de page

 

La maison grecque | Alimentation | La médecine grecque | L'éducation | Les vases & leurs fonctions | La femme | Démocratie | Schéma: organisation de la cité | La monnaie | Le commerce & les colonies | Le théâtre | Les Jeux Olympiques | Socrate | Alexandre le Grand | Lysias | Les dieux grecs | Delphes | Les temples | Les troupes | La guerre de Troie | La Crète | Sparte | Mycènes | L'Acropole | Chypre | Art | Hypatia | Alexandrie | Le Christianisme | Glossaire | Chronologie | Liens | Accueil

Vous êtes le visiteur depuis le jeudi 10 février 2005

© 2005 - Tous droits réservés
Si vous souhaitez reproduire partiellement ce site, merci de mentionner ce site en source :)