Sparte

A l'origine de la ville de Sparte, nommée également Lacédémone, se trouve le regroupement, au IXe siècle, de quatre villes d'origine dorienne. Guerrière, la cité conquière d'abord le bassin inférieur de l'Eurotas, afin d'avoir un accès à la mer, puis la Laconie. Mais au VIIIe siècle, c'est la poussée démographique qui entraîne la recherche de nouvelles, et la conquête de la Messénie, voisine.

Les citoyens et non citoyens

La société spartiate se divise en trois classes bien définies. Tout en haut de l'échelle se trouvent les Spartiates natifs, ou homoioi - les Egaux -; ils sont citoyens, servent dans l'armée et sont les seuls à disposer de tous les pouvoirs légaux politiques. Viennent ensuite les hypoméiones, les inférieurs, et les périèques, littéralement "ceux qui habitent autour". Les premiers regroupent les Spartiates déchus ou frappés d'atimie - pour avoir failli au combat - , ou encore les enfants illégitimes; les seconds les étrangers, habitants de la Laconie et des environs, qui sont soumis à l'État spartiate, n'ayant donc pas de droits mais libres!

Les hilotes sont des esclaves agriculteurs originaires des régions conquises par la guerre, comme par exemple les habitants de la Messénie.

Une des plus belles et des plus heureuses choses que Lycurgue introduisit dans sa cité fut de garantir à ses citoyens leur temps libre, ne leur permettant pas d’exercer un métier quelconque. Il ne leur était pas nécessaire de travailler pour amasser de grandes richesses dans un lieu où l’opulence n’était ni utile ni appréciée: car les hilotes, qui étaient réduits en esclavage par le droit de la guerre, leur labouraient leurs terres et leur procuraient un revenu tous les ans.” Plutarque

La structure sociale de l'Etat spartiate fut mise en place dès le IXe siècle:les citoyens possédaient chacun un kleros, lot de la terre conquise, cultivé par les vaincus asservis, les hilotes.

Toutefois les terres les plus éloignées n’étaient pas confisquées et leurs propriétaires, les périèques, demeuraient libres dans leurs biens et leur personne.

Afin de satisfaire le mécontentement des citoyens pauvres, lors de la crise d'après-guerre de Messénie, Lycurgue, législateur qui fixa les institutions politiques à Sparte, eut recours à la distribution des terres. Celle-ci, contrairement à Athènes, se fit sans changement de lois. Propagande sur la valeur morale de la collectivité, du mérite personnel de ses membres, qui prône l'égalité absolue de tous les citoyens. On distingue deux catégories de terres: la terre périèque et la terre civile.

Dans le but de bannir l’insolence, l’envie, l’avarice, le luxe, la richesse et la pauvreté, Lycurgue persuada les Spartiates de mettre en commun toutes les terres et de réduire toutes les fortunes au même taux. [...] Ainsi, personne n’étant plus riche que son voisin, la différence doit se faire par le blâme des choses déshonnêtes et la louange des choses honnêtes. Il divisa les terres de Laconie en trente mille parts qu’il distribua à ceux de la campagne, et il fit neuf mille parts de celles du territoire de Sparte; car c’était là le nombre des citoyens appelés au partage. (...) Chacune de ces parts pouvait rendre à son maître chaque année soixante-dix médimnes d’orge pour l’homme, douze pour la femme, ainsi que du vin et de l’huile.” Plutarque, Lycurgue, VIII

haut de page

Organisation politique

Dans l'histoire de la Grèce antique, c'est le gouvernement le plus fixe.

A l'origine il s'agit d'une double monarchie, deux rois sont en effet placés nominalement à la tête de l'État. Les deux lignées royales sont les Agides et les Eurypontides. Mais à la fin des VIIIe-VIIe siècle,l'aristocratie s'assure le contrôle du pouvoir: les rois font l'objet d'une surveillance constante de la part des éphores, le reste du peuple quant à lui n'a aucun réel pouvoir. Il s'agit alors d'une sorte d'oligarchie.

Les éphores sont les véritables gardiens de la constitution. Ils sont composés de cinq magistrats élus pour un an parmi les hommes du peuple. Ils veillent au respect des lois, surveillent les souverains, la police, les mœurs et l’éducation des enfants; en temps de guerre ils donnent l’ordre de mobilisation et dictent aux officiers la stratégie à adopter.

Leur autorité ne cesse de se renforcer, au détriment du pouvoir monarchique et de celui de l’Apella.

La souveraineté démocratique s’exerce à l’Apella, assemblée composée des Egaux, citoyens libres de plus de trente ans. Les Egaux dominent la cité. Ils sont en effet les seuls à détenir les droits civils et politiques, la souveraineté électorale et l’accès à la fonction d’éphèbe à partir de trente ans, car nés de parents spartiates, ils disposent d’un kléros, avec des hilotes, et ont participé au système éducatif obligatoire de la cité, l'agogée.

L’Apella se réunit environ une fois par mois, en plein air. Les lois sont votées par acclamation, mais l’éphore qui préside a le droit d’interrompre les discussions afin d’orienter les votes. Son pouvoir demeure quand même important car des propositions contraires à la constitution peuvent entraîner sa dissolution.

La gérousia, ou Conseil des Anciens, est une puissante assemblée aristocratique. Ce Sénat est composé de vingt-huit Spartiates de plus de soixante ans élus à vie, les gérontes.


La révolte des hilotes de Messénie brisa l’expansion spartiate.

Dans ses relations extérieures Sparte se contenta d’une politique de non-intervention, absorbée dans la défense de ses conquêtes et tranquillisée par la création de la ligue péloponnésienne. Sparte conclut en effet une série d’alliances militaires avec un certain nombre de cités arcadiennes, dans le but d’isoler Argos, de stabiliser les conquêtes territoriales, et de prévenir toute rébellion dans la Messénie.

Du IVe au IIe siècles, Sparte, affaiblie et en crise, ne résista pas à Philippe, qui la réduisit à la Laconie.

haut de page

Éducation des enfants mâles Spartiates

Sparte est soucieuse avant tout de former des soldats, ainsi l’éducation intellectuelle est mise de côté. Cette dernière est naturellement contrôlée par la cité.

Dès sa naissance l’enfant garçon est présenté aux anciens de la tribu qui apprécient son état physique et décident du bien-fondé de sa survie:

Quand un enfant lui naissait, le père n’était pas maître de l’élever: il le prenait et le portait dans un lieu appelé leschè, où siégeaient les plus anciens de la tribu. Ils examinaient le nouveau-né. S’il était bien conformé et robuste, ils ordonnaient de l’élever et lui assignaient un des neuf mille lots de terre. Si, au contraire, il était mal venu et difforme, ils l’envoyaient en un lieu appelé les Apothèques qui était un précipite du Taygète. Ils jugeaient en effet qu’il valait mieux pour lui-même et pour l’Etat de ne pas le laisser vivre, du moment qu’il était mal doué dès sa naissance pour la santé et pour la force.” Plutarque

Et comme le constate le poète Poseidippos “Chacun, même s’il est pauvre, élève un enfant mâle; une fille, même s’il est riche, il l’expose.”

Les nourrices participaient également à cette éducation ; tout est fait pour endurcir le plus rapidement le jeune citoyen.

«De là vient aussi que les femmes ne lavaient pas les nouveau-nés avec de l'eau, mais avec du vin : elles voulaient ainsi éprouver leur constitution. Les nourrices, de leur côté, étaient soigneuses et expertes : au lieu d'emmailloter les bébés qu'elles élevaient, elles laissaient entièrement libres leurs membres et tout leur corps ; elles les habituaient à n'être point difficiles ni délicats sur la nourriture, à ne pas s'effrayer des ténèbres, à ne pas craindre la solitude, à s'abstenir des caprices vulgaires, des larmes et des cris. » Plutarque

A 7 ans il entre dans la vie militaire, et à 12 ans il vit en caserne, subissant des épreuves d’endurance (rien à voir avec l’éphèbe athénien):
"Elevés en commun sous la même discipline, ils n’apprenaient que l’indispensable; tout le reste de leur instruction consistait à savoir obéir. (...) On leur rasait la tête, on les habituait à marcher sans chaussures et à jouer ensemble, la plupart du temps tout nus.
A l’âge de douze ans, (...) ils dormaient ensemble par troupes et par section, sur des paillasses qu’ils préparaient eux-mêmes en cassant avec leurs mains, sans aucun outil, les extrémités des roseaux qui croissaient le long de l’Eurotas (...).
On ordonne aux plus forts d’apporter du bois, aux plus petits des légumes; et ce qu’ils apportent, ils l’ont dérobé. Celui qu’on surprend est puni du fouet et forcé de jeûner.
(...) On dit qu l’un d’eux, ayant dérobé un petit renard qu’il cachait sous son manteau, se laissa déchirer le ventre par les ongles et les dents du renard afin de dissimuler son larcin et tint bon jusqu’à la mort."
Plutarque

Les mots d’ordre sont "Obéir, supporter, vaincre".

"Pour qu’ils ne fussent pas trop pressés par la faim, il leur permit, non pas de prendre sans peine ce dont ils avaient besoin, mais de dérober certaines choses pour satisfaire leur appétit. Et ce n’est point parce qu’il était embarrassé de les approvisionner qu’il leur permit de se procurer leur subsistance par d’industrieux artifices - il n’est, je pense, personne qui l’ignore -, mais il est clairque celui qui veut voler doit veiller la nuit, ruser et tendre des pièges le jour et avoir des espions sous la main, s’il veut prendre quelque chose. Il est évident que toutes ces prescriptions avaient pour but de rendre les enfants plus adroits à se procurer le nécessaire et plus propres à la guerre." Xénophon

Comme symbole de cette éducation à la spartiate on peut citer la cryptie, apprentissage au meurtre qui se fait sur les hilotes.

" Voici en quoi consistait la cryptie. Les chefs des jeunes gens envoyaient de temps à autre dans la campagne, tantôt ici, tantôt là, ceux qui passaient pour être les plus intelligents, sans leur laisser emporter autre chose que des poignards et les vivres nécessaires. Pendant le jour, ces jeunes gens, dispersés dans des endroits couverts, s'y tenaient cachés et se reposaient ; la nuit venue, ils descendaient sur les routes et égorgeaient ceux des hilotes qu'ils pouvaient surprendre. " Plutarque

Plutarque décrit longuement cette chasse à l’homme qui se pratiquait la nuit avec des poignards. Il cite le passage où Thucydide rapporte comment des hilotes, sélectionnés par les Spartiates pour leur courage, crurent qu’ils étaient libres et se mirent une couronne sur la tête pour faire le tour des sanctuaires. On les aurait fait disparaître, au nombre de deux mille. En temps ordinaire, on les traitait méchamment: on les forçait à boire du vin pur, pour les exhiber ivres et apprendre aux jeunes ce qu’était l’ivresse, et on les forçait à danser et à chanter grotesquement, pour les tourner en dérision.

Certains jeunes gens moururent sous le fouet, lors de ces fêtes en l’honneur d’Artémis où ils devaient voler sur l’autel de la déesse, sans se faire prendre, le plus de fromages possible. Le titre de “vainqueur de l’autel” était valorisant comme celui qu’on donnait aux vainqueurs des concours.

" Chez les Spartiates, les garçons étaient frappés à coups de fouet toute une journée sur l’autel d’Artémis Orthia, souvent presque jusqu’à la mort, et supportaient cette épreuve avec gaîté et orgueil, rivalisant les uns avec les autres pour la victoire, à celui d’entre eux qui supporterait d’être battu le plus longtemps et qui recevrait le plus grand nombre de coups. Celui qui l’emportait était tenu en toute particulière estime. On appelait ce concours « la flagellation » et il avait lieu chaque année " Xénophon

haut de page

Une organisation militaire au quotidien

C’est une vie de discipline, de reniement de soi et de simplicité - ils ne s’encombraient pas de luxe, de nourriture coûteuse ou d’opportunités de richesse. " Tout d’abord, ayant ôté toute valeur à la monnaie d’or et d’argent, il décida qu’on n’emploierait plus que la monnaie de fer, à laquelle il ne fixa qu’une faible valeur pour un poids et un volume importants. Ainsi, celui qui recevait une somme de dix mines avait besoin d’une grande salle chez lui pour la ranger et d’un attelage pour la transporter " Plutarque

L’idéologie spartiate était orientée autour de l’état. De vingt à soixante ans le citoyen spartiate est au service de l’État, il mène une vie militaire.
Ainsi le soldat spartiate se mariait mais ne vivait pas avec sa femme. C’est seulement à l’âge de trente ans que le Spartiate devient un Egaux et a le droit de vivre dans sa maison avec sa famille, tout en continuant à servir dans l’armée. Le service militaire ne s’achevait que lorsqu’il atteignait l’âge de soixante ans.

Cette longévité du service militaire se comprend par le peu de Spartiates dans la population, par rapport aux non citoyens.

haut de page

Les femmes

Même si les femmes ne participaient pas à l’entraînement militaire, les mêmes valeurs fondamentales se retrouvaient dans leur éducation. Par exemple elles avaient également un entraînement physique et gymnastique.

" Les autres Grecs veulent que les jeunes filles vivent comme la plupart des artisans, qui sont sédentaires, et qu'elles travaillent la laine entre quatre murs. Mais comment peut-on espérer que des femmes élevées de la sorte aient une magnifique progéniture ? Lycurgue, au contraire, pensa que les esclaves suffisaient à fournir les vêtements, et, jugeant que la grande affaire pour les femmes libres était la maternité, il commença par établir des exercices physiques pour les femmes, aussi bien que pour le sexe mâle ; puis il institua des courses et des épreuves de force entre les femmes comme entre les hommes, persuadé que si les deux sexes étaient vigoureux, ils auraient des rejetons plus robustes. " Xénophon

haut de page

 

La maison grecque | Alimentation | La médecine grecque | L'éducation | Les vases & leurs fonctions | La femme | Démocratie | Schéma: organisation de la cité | La monnaie | Le commerce & les colonies | Le théâtre | Les Jeux Olympiques | Socrate | Alexandre le Grand | Lysias | Les dieux grecs | Delphes | Les temples | Les troupes | La guerre de Troie | La Crète | Sparte | Mycènes | L'Acropole | Chypre | Art | Hypatia | Alexandrie | Le Christianisme | Glossaire | Chronologie | Liens | Accueil

Vous êtes le visiteur depuis le jeudi 10 février 2005

© 2005 - Tous droits réservés
Si vous souhaitez reproduire partiellement ce site, merci de mentionner ce site en source :)